Halloween même pas peur !

Partis du centre socioculturel, petits ou grands monstres et autres créatures ont déambulé ce 31 octobre dans la
Grand-rue de Sarre-Union pour se rendre place de la République où les attendaient les Bouquenumer Hexe.

« Nous existons depuis la nuit des temps. On nous a pourchassées, torturées, brûlées, noyées.
Nous nous sommes toujours relevées », déclame l’une des sorcières.

Devant la fontaine aux boucs recouverte d’une immense toile d’araignée, elle raconte l’histoire du comte de Sarre-Union marié à une sorcière. Il habite dans un grand château et il est très cruel. Il rentre de croisade avec un immense trésor. Un soir, un vieillard frappe à sa porte et lui demande l’aumône. Le comte le chasse à coups de pied. « Fais attention sinon à la troisième lune tu périras. »

Après maints rebondissements, le comte ne changea toujours pas et il mourut, comme prédit, à la troisième lune et le diable vint le chercher. Sa femme sorcière prononça des paroles maléfiques et le trésor fut englouti sous la fontaine aux boucs. Depuis, la sorcière erre dans la forêt de Sarre-Union à préparer d’autres maléfices !

Cris de surprise ou d’effroi Mardi soir, les sorcières ont emmené les plus courageux au château hanté, où d’autres sorcières avaient réveillé les démons ! Un dédale de couloirs avec des figures grimaçantes, vont-elles bouger ? Parfois, les bruits viennent d’où on ne les attend pas, cris de surprise ou d’effroi, rires crispés quelquefois ! À la sortie, pour les récompenser de leur courage, les enfants ont eu droit à des bonbons.

Après un dernier arrêt pour écouter des contes dans la cour de la perception, tout le monde s’est retrouvé à la salle socioculturelle pour déguster une soupe magique.

Photo DNA – Juchée sur la fontaine, la sorcière raconte une histoire,